Il était une fois la télévision

Il était une fois la télévision

Jean Paul Pinoteau avait un nom prédestiné de réalisateur mais il a passé sa vie professionnelle les mains dans la pâte et la farine, à confectionner des gâteaux pour les parisiens.
Ce qui ne l’a pas empêché de s’intéresser de près au 7ème art et de devenir un collectionneur averti.
Sa culture cinématographique lui a permis de participer entre autre, à Mr Cinéma et à diverses émissions de radio.

Après nous avoir gratifié de deux expositions consacrées au cinéma, il est revenu à la médiathèque de Mansle, pour nous parler de télévision.
Des vieux postes, des magasines d’époque, des photos, des figurines et une grosse caméra de plateau THOMSON-CSF, qui m’a rappelé bien des souvenirs.

C’était l’époque ou les caméras de plateau étaient françaises, se vendaient à l’étranger et ou les optiques Angénieux (françaises aussi) étaient les meilleures du monde.
Les optiques photos de Pierre Angénieux seront sélectionnées dès 1964 par la Nasa et iront sur la lune avec Apollo 11, laissant sur terre celles de Leica, Zeiss ou de Nikon.

C’était aussi l’époque ou Jean Prat réalisait en 1961, Les Perses d’Eschyle, pour diffusion à 20h30 à la télévision. Le tout était tourné en 16mm et en noir en blanc.
En 1960, une télévision coûtait le prix d’une voiture et personne n’imaginait encore la couleur, des centaines de chaînes disponibles, la télé par satellite et la box internet.
Autre époque, on vous dit.

Mis à jour le 15 juin 2021 à 00h38min.

Portfolio