Cérémonie restreinte du 11 novembre

Cérémonie restreinte du 11 novembre

Nous n’étions que bien peu, à saluer la mémoire de nos poilus, ce 11 novembre 2020.
En présence de François Bonneau, sénateur de la Charente, la cérémonie était Covid oblige, réduite à la portion congrue.
Ce même jour ou Maurice Genevoix, emblématique poilu de l’Académie Française, entrait au Panthéon.

Il y sera à jamais la voix et la plume de ses compagnons d’infortune du 106e régiment d’infanterie et plus généralement de tous les morts, blessés et survivants de ce conflit mondial.
Christian Croizard avait cité Genevoix et "Ceux de 14" dans son discours du centenaire, le 11 novembre 2018.

Les Poilus et les civils qui ont connu la grippe espagnole (qui n’avait rien d’espagnole) il y a une peu plus de cent ans, seraient bien surpris de voir qu’une autre pandémie déferle par vague sur notre pays.
Rappelons que cette grippe espagnole a tué bien plus que la grande guerre et qu’au bas mot, 50 millions de personnes (Dont 240.000 en France) y ont laissé la vie.

Nous avons passé le cap des 42.000 morts avec le Covid, une bonne raison pour rester extrêmement prudent et de se souvenir que baisser la garde, peut vous conduire vous, ou un de vos proche à l’hôpital... ou pire encore.

C’était aussi le centenaire de l’inhumation du soldat inconnu. Si vous voulez savoir comment il a été choisi, je vous ai retrouvé le témoignage oral du soldat Auguste Thin.
Il avait témoigné à la radio dans les années 60. Ce soldat posa un bouquet sur un des 8 cercueils présentés et désigna ainsi le soldat inconnu.
Archive ici

Mis à jour le 12 novembre 2020 à 00h14min.

Portfolio